1er Prix Normand du meilleur mémoire pédiatrique en kinésithérapie (2021) : Résultats et restitution

En 2020-21 s’est déroulé le 1er Prix Normand du meilleur mémoire pédiatrique en kinésithérapie. En voici le classement final, et la restitution des 3 mémoires finalistes (prochainement).

Cette première édition nous apporte certains enseignements : tout d’abord, les thèmes abordés montrent bien la diversité des pratiques en kinésithérapie pédiatrique, ainsi que l’étendu du champs de compétence de la kinésithérapie.

Par ailleurs, la plupart des travaux qui ont été soumis sont des revues de littérature. Or, il s’avère difficile pour un étudiant seul de réaliser un tel travail, qui demande énormément de temps pour obtenir une recherche exhaustive et un traitement rigoureux. De plus, certaines études retenues sont très éloignées de la pratique “réelle” : par exemple l’évaluation d’un protocole d’entrainement sur tapis roulant de nourrissons porteurs de Trisomie 21… Bien éloigné de la motricité libre, largement prônée actuellement, et de l’approche “sensorimotrice” du développement !

Il semblerait parfois plus cohérent que les étudiants se dirigent vers la rédaction de protocoles de recherche à la méthodologie rigoureuse, si possible en lien avec une institution en charge de les appliquer par la suite. Cela permettrait à la recherche en kinésithérapie d’avancer réellement, en apportant des éléments de preuve de l’efficacité de nos pratiques.

Finalistes

1ère place : Ysalis AUGER (IFMK La Musse) - Note totale 17,88/20

La place de la masso-kinésithérapie en tant que soin de support dans la prise en charge de la qualité de vie, de la fatigue et de la douleur des cancers pédiatriques : une revue systématique.

L’avis du Jury : une présentation claire et épurée, pour un travail écrit s’appuyant sur une méthodologie rigoureuse, et abordant un aspect méconnu de notre métier.

2e place : Véréna HAUDEGOND (IFMK La Musse) - Note totale 17,49/20

Intérêt de différentes interventions en Masso-Kinésithérapie sur l’amélioration de la motricité globale d’enfants porteurs de Trisomie 21 : une revue systématique.

L’avis du Jury : un travail sérieux et abouti, mettant en lumière une pathologie dont la prise en soin en kinésithérapie est méconnue. Il convient cependant de s’interroger sur le bien-fondé d’études consistant à placer des nourrissons sur tapis-roulant pour évaluer l’âge d’acquisition de la marche, à une époque où nous prenons conscience de l’importance de proposer aux nourrissons un développement sensorimoteur riche à travers des expériences de motricité libre…

3e place : Kevin FONTAINE (IFMK Alençon) - Note totale 14,43/20

Les moyens alternatifs, en kinésithérapie, à la pratique des étirements statiques manuels lors de la prise en soin des enfants atteints de paralysie cérébral.

L’avis du Jury : un travail qui s’origine dans une situation rappelant la dimension profondément humaine de notre métier. Le traitement méthodologique est cependant très insuffisant ; et l’oubli de la revue de littérature de Novack est un manquement évident.

Retrouvez très prochainement ici une restitution des présentations et des mémoires !

 

Participants

4. Chloé DESDOITS (IFMK Alençon)

Les critères clés à la mise en place d’un partenariat kinésithérapeute-parents dans la prise en charge ambulatoire de l’enfant paralysé cérébral.

Télécharger le TEFE

5. Jeanne DEFRESNE (IFMK Rouen)

L’impact de la plagiocéphalie sur le développement moteur de l’enfant avant 24 mois : une revue systématique.

6. Pauline MANGE (IFMK Rouen)

Intérêt de l’activité physique aérobie chez les adolescents souffrant d’une commotion cérébrale en stade aigu : une revue systématique.

7. Cécile POMMIÈS (IFMK La Musse)

Les effets immédiats de l’équithérapie passive sur la qualité de la marche chez les enfants atteints de Paralysie Cérébrale : protocole d’une étude pilote croisée en simple aveugle.

8. Cécile MARTIN (IFMK Rouen)

La prise en soins en kinésithérapie des patients atteints d’amyotrophie spinale infantile bénéficiant du traitement par nusinersen : une étude qualitative.

9. Audrey LE BIEZ (IFMK La Musse)

Étude épidémiologique sur la place de la kinésithérapie dans la prise en soin des enfants avec un trouble du spectre autistique.

10. Sarah WULLEN (IFMK Alençon)

Effets des équipements de protection individuelle sur l’alliance thérapeutique entre le MK et l’enfant en période de pandémie Covid-19.

11. Nolwenn GUEROULT (IFMK Alençon)

Observation et effet immédiat de la médiation équine sur les capacités motrices chez des enfants souffrant de troubles du spectre autistique (TSA) : le protocole d’une étude de faisabilité.

Télécharger le TEFE

L’Association des Kinésithérapeutes Pédiatriques du Territoire Normand

Voulez-vous être informé.e de nos actualités ?

* Champs obligatoires