Irrigation Nasale et EBP

Le Nez : Un organe incontournable

Guillaume COLLET

Kinésithérapeute Pédiatrique D.E. - Rouen

Cette page est issue de la Conférence présentée par Hugues GAUCHEZ (kinésithérapeute, Président Fondateur de l’Association Française mucoviscidose et kinésithérapie, Enseignant et Formateur pour la Société pour la Promotion de la Rééducation Respiratoire) le 7 Novembre 2019, pour laquelle nous le remercions !

Une partie du contenu est issue d’une présentation du Dr Virginie Prulière-Escabasse (Service ORL du CHI de Créteil, Responsable du Groupe ORL et mucoviscidose de la Société Française de la Mucoviscidose) et du Symposium présenté à la SFROL 2015 par le Pr Ludovic LE TAILLANDIER DE GABORY (ORL, Service d’ORL, de chirurgie cervico-faciale et d’ORL pédiatrique, CHU de Bordeaux)

Sommaire

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le nez : organe de relation

Trois Fonctions

La première, et la plus évidente, est l’olfaction. Le nez est en cela une porte d’entrée sensorielle majeure.

La deuxième est le conditionnement de l’air.

  • Tout d’abord le nez permet une Régulation des débits aériens. Jusqu’à 30L/min le nez suffit aux apports d’oxygène, au-delà la bouche est nécessaire. Le cortex réagit aux apport d’O2 : le patient obstructif cherche de l’air frais ; l’utilisation d’un ventilateur améliore donc les épreuves d’effort
  • Ensuite, le nez permet une filtration, une humidification, et un réchauffement de l’air.

Le nez joue enfin un rôle dans l’immunité : toute lésion du septum nasale provoquera une croute, et donc une porte d’entrée d‘infection.

Pourquoi laver le nez ?

« le nez est la seule partie du poumon que l’on peut toucher »

Le nez est une porte d’entrée pour les virus et aérocontaminants. Laver le nez, c’est :

  • Réduit le risque d’infection et de surinfections des voies aériennes hautes
  • Réduire les symptomes du nez et des sinus
  • Réduire la consommation de médicaments en cas d’infection respiratoire
  • Mieux respirer, améliorer le confort et la qualité de vie :
    • Sommeil
    • attention en classe
    • bien-être
    • odorat
    • plaisir de bien manger…

Anatomie des Fosses Nasales

  • Géométrie des fosses nasales : complexe et profonde
  • Volume des fosses nasales : 14 à 20 cm3 chez l’adulte ; 2 à 3 cm3 chez le nourrisson
  • Surface totale des fosses nasales : 310 cm2
  • Surface à laver (hors sinus) : 125 cm2

Lavage de nez et EBP

Le lavage de nez a longtemps été une pratique empirique

Il existe désormais des preuves (1) (2) (3) d’efficacité pour une prise en charge spécifique par le lavage nasal :

  • Pour traiter
  • Pour prévenir l’aggravation ou la survenue de pathologies

Le lavage nasal est désormais le traitement de 1ère intention des pathologies naso-sinusiennes et des soins post-opératoire.

Mais aucune de ces recommandations ne précise le « comment faire ».

Consensus et recommandations internationales

Consensus et Recommandations internationales

Dans quelles pathologies ou symptômes proposer le lavage nasal ?

Rhinites

  • Aigues : rhinopharyngite, rhume, bronchite
  • Chroniques : allergiques ou non

Chirurgie endonasale

Rhino-sinusite chronique et Mucoviscidose

Interrogatoire et symptômes (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19)

Obstruction nasale

Gênante à l’effort, l’obstruction nasale entraine une respiration buccale, des troubles du sommeil, des ronflements…

Elle est très fréquente (81% des patients), et génère un inconfort permanent dans 32% des cas : elle a le même impact que la crise d’asthme sur la vie quotidienne.

Dysosmie

Le nez est impliqué dans 85% de la perception du goût, bien plus que la bouche elle-même.

Une rhinosinusite chronique peut en outre entrainer une anosmie ou dysosmie (déformation des odeurs perçues). Elle doit donc être recherchée devant une perte d’appétit. Elle toucherait 7% des enfants.

A noter également un risque de cacosmie (confusion des goûts).

Céphalées et douleurs faciales

La rhinosinusite chronique peut engendrer des céphalées et des douleurs faciales, journalières dans 23% des cas. Il convient d’en préciser la localisation, la durée, la fréquence. Une hypoxie nocturne doit également être recherchée.

Déformation faciale, hypertélorisme

La rhinosinusite chronique peut engendrer une déformation nasale ou un hypertélorisme (fosses nasales agrandies, élargissement de la racine du nez), qui doit interpeler le praticien.

Syndrome de la bouche ouverte

Il s’agit, chez le nourrisson, de dormir « projeté » en arrière, avec la langue plaquée sur la mandibule. La respiration est alors buccale.

Exploration

L’endoscopie nasale

Elle permet de mettre en évidence une rhinosinusite oedmatopurulente avec ou sans polypes.

Plusieurs tableaux peuvent être observés :

Méat Moyen sain
Méat Moyen sain
Bombement de la paroi nasale externe
Bombement de la paroi nasale externe
Oedème et Pus
Oedème et Pus
Polypes et pus (50%)
Polypes et pus (50%)

Le scanner des sinus

On observe des opacités partielles ou totales des cavités sinusiennes. L’atteinte est diffuse antérieure ou postérieure.

Scanner Normal
Scanner Normal
Scanner Mucoviscidose

Comment traiter l’atteinte ORL dans la mucoviscidose ?

  • Augmenter le drainage des fosses nasales
  • Eradiquer le foyer bactérien sinusien

Bénéfices cliniques de l’irrigation nasale

Congestion nasale chez les nourrissons et jeunes enfants

Chez les nouveau-nés, la respiration est physiologiquement nasale

La combinaison de lavage et d’aspiration nasale

  • Diminuent les symptômes de rhinite aigue (20) (21)
  • Réduisent la respiration buccale (20)
  • Améliorent la qualité de vie (20)
  • Préviennent les épisodes de rhinites (21)

La combinaison lavage nasal + aspiration est plus efficace dans la prévention des complications (21)

Bronchiolite chez les nourrissons et jeunes enfants

D’après une étude clinique (22) impliquant 133 nourrissons admis aux urgences pour bronchiolite, avec une saturation de 88 à 94% ; l’intervention proposée était une irrigation nasale avec solution isotonique.

Résultat : Un lavage nasal seul avec solution isotonique améliore la Saturation en Oxygène de 53% dès les premières minutes Vs l’absence de lavage.

Rhinite allergique chez l’adulte et l’enfant

Une méta-analyse (23) de 10 études cliniques, regroupant 400 patients (enfants et adultes) montre que l’irrigation nasale :

  • Diminue les symptômes du nez de 28%
  • Diminue la consommation de médicaments de 62%
  • Améliore la qualité de vie de 28%
  • Accélère la clairance mucociliaire de 31%

Infection des Voies Respiratoires Supérieures : Rhinite aigue, rhinosinusites (24) (25) (26)

 En cas de rhinite aigüe, le lavage nasal prévient l’apparition des symptômes (27).

En cas de sinusites récurrentes, une irrigation nasale quotidienne (28) réduit les symptômes, améliore la qualité de vie, et diminue la consommation de médicaments.

Rhinosinusite chronique (29) (26) (30)

Chez l’adulte

Le lavage nasal permet une réduction de la sévérité des symptômes de 41% (31) (32) (28).

L’irrigation nasale avec une solution saline est aussi efficace que les antibiotiques topiques (32).

L’eau de mer est aussi efficace qu’une solution hypertonique associé à des corticoïdes (33).

Chez l’enfant

L’irrigation nasale permet une amélioration des symptômes (rhinorrhée, toux) (29) (30) :

  • Jusqu’à 56% de réduction de la toux
  • 84% de réduction des symptômes
  • Résolution complète des symptômes chez 57,7% des patients après 6 semaines

Une bonne tolérance aux lavage de nez a été évaluée (26) (30).

Enfin, les solutions salines sont aussi efficaces que l’utilisation de spray associé à des antibiotiques (32).

Principe du lavage de nez

Composition du lavage

Un nez ne doit pas être sec : un lavage a l’eau plate assèche le nez, en attirant le sel du nez, ce qui engendre une déshydratation de la muqueuse.

Eviter les solutions maisons, ou le cas échéant utiliser du sel de Guérande et non de cuisine.

Différentes compositions de solution de lavage existent :

  • Sérum physiologique
  • Eau de mer diluée
  • Eau de mer non diluée
  • Gros sel + eau

 

Il convient également de prêter attention à la concentration de la solution de lavage : Isotonique Vs Hypertonique

  • Une congestion nasale importante est une contre-indication au lavage de nez, en raison d’un risque d‘otalgie. Dans ce cas, préférer une solution hypertonique, c’est-à-dire plus concentrée (Dans le cas du Respimer, dissoudre 2 sachets au lieu d’un).
  • Une solution isotonique permet un respect de la physiologie nasale.
  • Une solution hypertonique devient irritante au long cours.

Solutions de lavage nasal disponibles sur le marché

  • Eau de mer 100% (Physiomer) = Eau de Mer
    • Cl : 5400-6300 mg/L
    • Na : 2400-2600 mg/L
    • Mg : 1100-1500 mg/L
    • Ca : 280-390 mg/L
    • K : 44-62 mg/L
    • Tampons : 129 mg/L
    • Autres : Cu, Zn, Se, Fe…)
  • Eau de mer reconstituée (Respimer) = Eau + Sels minéraux
    • Cl : 4379 mg/L
    • Na : 1128 mg/L
    • Mg : 720 mg/L
    • Ca : 313 mg/L
    • K : 25 mg/L
    • Tampons : 68,7 mg/L
  • Eau de Mer diluée (Ex : Stérimar) = Eau purifiée 68% + Eau de mer 32%
    • Cl : 6633 mg/L
    • Na : 3800 mg/L
    • Mg : 402 mg/L
    • Ca : 140 mg/L
    • K : 135 mg/L
    • Tampons : 46,2 mg/L
  • Sérum Physiologique 0,9% = Eau purifiée + NaCl
    • Cl : 5500 mg/L
    • Na : 3500 mg/L

Impact de la richesse en minéraux sur la réparation épithéliale (WRS : Wound Repair Speed) (34)

Solution riche en Ca, Mg, K (eau de mer 100% type Physiomer) = 74793,38 mm2/h

Sérum physiologique : 5036,18 mm2/h

Intérêt des ions in vitro

Calcium : Augmente la fréquence du battement ciliaire in vitro (35) (36)

Potassium : Canaux K+ impliqués dans la répartition épithéliale et effet anti-inflammatoire de la lipoxine A4 (37)

Magnésium (38) (39) (40) :

  • Diminue l’inflammation locale (dermatite atopique)
  • Augmente la porudiction de TGF-B, v-EGF, b-FGF, angiogenèse et cicatrisation (réparation intestinale)
  • Diminue la dégranulation et la sécrétion de médiateurs inflammatoires
  • Diminue l’apoptose des cellules de la muqueuse respiratoire

Bicarbonates (41) :

  • Role tampon : maintien du pH stable
  • Diminue l’agrégation du mucus
  • Augmente la diffusion du mucus

Sodium (42) :

  • Diminue les flux calciques
  • Diminue le battement ciliaire
Rhinites allergiques Rapport SFORL 2019
Rhinites allergiques Rapport SFORL 2019

Conclusion : Quelle solution choisir ?

L’eau de mer ou reconstituée présente un intérêt supérieur au Sérum physiologique, notamment en termes de réparation épithéliale

Quelle eau ?

Eviter l’eau du robinet, préférer l’eau minérale du commerce la moins chère si elle est utilisée avec des sels de mer.

Tiédir l’eau salée (elle doit tout de même rester légèrement fraiche au toucher) au micro-onde, afin de mieux supporter le lavage de nez.

Quel dispositif ?

Les dispositifs nombreux, mais aucune étude sur leur efficacité.

Dans tous les cas : utilisation sans pression forte pour éviter tout risque d’otalgie.

Le kit doit être lavé et désinfecté.

Lavage nasal : quelles bases scientifiques ? Apports de la mécanique des fluides (43)

Constat

  • Les dispositifs de lavage nasal ont été développés avec peu de données quantitatives objectives
  • L’intérieur du nez est peu accessible et les phénomènes ne sont pas visibles

Objectif

  • Comprendre comment s’écoulent les fluides dans le nez pour optimiser les dispositifs de lavage nasal

Méthode

  • Simulation numérique 3D des écoulements pendant la respiration et le lavage nasal

Résultats

  • Vitesse, pression, turbulence, fraction liquide, temps de résidence etc., en tout point du nez et en fonction du temps.

Spray continue basse pression :

Les fosses nasales, constituées comme un labyrinthe, sont remplies d’air : le liquide va passer là où passe l’air, puis ressort de l’autre côté, accompagné d’une chute du débit : il faut donc laver les deux côtés.

Ce type d’irrigation ne permet pas de remplir l’ensemble des fosses nasales, de l’air persiste : c’est la différence entre mouiller le nez et laver réellement. Il faut remplir avec l’équivalent en liquide de 3 à 4 fois le volume de la cavité pour la nettoyer.

Spray continu basse pression

Dispositif de lavage grand volume

Le volume de liquide est plus important, suffisamment pour diffuser davantage, remplir l’ensemble des anfractuosités des fosses nasales et ressortir par l’autre narine.

On note qu’il faut un certain temps entre le moment où le liquide rentre et le moment où le sujet sent le liquide, car il y a un décalage lié au remplissage progressif des fosses nasales.

Dispositif Grand Volume
Dispositif Grand Volume

Questions Fréquentes

Que lave-t-on réellement ? Par où la solution passe-t-elle ?

Un spray permet de nettoyer les cavités nasales.

Un dispositif grand volume permet de nettoyer les cavités nasales, le cavum et les méats.

La solution pénètre-t-elle dans les sinus ?

Non, sauf en cas de chirurgie. Il y a lavage des méats mais pas d’entrée de l’eau dans les sinus.

La solution peut-elle rester « coincée » et favoriser les infections ?

NON

Quels sont les risques ? Otites ? Barotraumatisme ?

Barotraumatisme : non, à condition de respirer par la bouche ou de dire « kékéké » tout en lavant.

Otite : NON, pas de passage dans la trompe d’Eustache.

En pratique

L’hétérogénéité des pratiques

On note, selon les professionnels, des variations sur plusieurs points de leur pratique :

  • Fréquence
  • Volume
  • Pression
  • Durée
  • Orientation
  • Produits (dispositifs, solutions)

Lavage nasal : comment bien le faire ? La Méthode Hugues GAUCHEZ

Efficacité et respect du patient

La technique utilisée par le kinésithérapeute doit respecter le bien-être du patient.

Les produits et dispositifs de lavage doivent

  • Présenter une efficacité validée scientifiquement
  • Etre ergonomique et bien acceptés par le nourrisson ou l’enfant

Dispositif d’administration

  • Seringue : attention à l’embout rigide, et la pression doit être très faible
  • Pipette :
    • Il faut remplir et laver la cavité nasale (2 à 3 cm3) chez le nourrisson, il faut donc au moins 2 pipettes de 5 ml par narine
    • Avant 3 mois, la pipette est préférable
  • Spray :
    • Attention, ne pas utiliser de spray « à gaz », la pression est trop importante
    • Préférer un spray à « caoutchouc rétractable » type « Physiomer bébé »
    • Utiliser un embout caoutchouc souple, afin de ne pas léser la narine du nourrisson
  • Dispositif Grand Volume type Respimer : à partir de 3-4 ans. Avantage : la pression est régulée par l’épaisseur du plastique.
Pipette
Physiomer bébé
Respimer

Positionnement de l’enfant et procédé

Démonstration en vidéo chez une enfant de 2 ans

Démonstration en vidéo chez un nourrisson de 7 mois

1. Le nourrisson est positionné en décubitus dorsal sur un plan incliné de 30° vers le haut

2. Des papiers mouchoirs sont placés à côté de la tête du bébé, sur son coté droit

3. Après en avoir vérifié la température, réaliser une pulvérisation sur la main de l’enfant pour lui montrer la douceur du spray et s’assurer que la témpérature est confortable pour l’enfant

  1.  
 

4. Délicatement, basculer la tête de l’enfant vers le côté droit. Le regard dirigé à l’opposé du kinésithérapeute.

5. La main droite du praticien saisit l’avant-bras droit du bébé et l’étend, le plaçant en position de « l’escrimeur ».

6. Maintien du bras : le praticien exerce une légère pression sur l’avant-bras droit de l’enfant pour l’immobiliser

7. Contrôle de la tête : l’avant-bras droit du praticien vient au contact avec la joue gauche de l’enfant (sans exercer de pression) lui interdisant de tourner la tête vers la gauche.

8. La main gauche du praticien saisit le spray qui vient reposer sur l’avant-bras droit pour assurer la stabilité lors de l’instillation

9. Le spray, préalablement réchauffé, est apposé ai niveau de la narine supérieure de l’enfant en appui sur le bord externe de la narine.

Ce crochetage narinaire évite tout risque de blesser le septum nasal si l’enfant était amené à bouger.

L’embout nasal du spray, incliné à 45°, doit être dirigé en direction de l’œil opposé de l’enfant.

10. Instillation :

  • Actionner le spray et maintenir l’instillation durant quelques secondes. La solution entre par la narine supérieure pour ressortir par la narine inférieure
  • Surveiller la tolérance du nourrisson. Le changement du comportement fait interrompre le soin pour le reprendre ultérieurement.
  1.  

11. La solution entre par la narine supérieure pour ressortir par la narine inférieure

12. La manœuvre peut être répétée de l’autre coté en cas de perméabilité imparfaite

 

13. Glisser la main gauche sous le menton de l’enfant pour obtenir la fermeture de la bouche après son inspiration de façon à générer une expiration nasale

14. Récupération des sécrétions : la main gauche du praticien récupère les sécrétions à l’aide d’un papier mouchoir.

15. Vérification de la respiration nasale bilatérale

  • S’opposer délicatement à l’ouverture de la bouche en réalisant un double menton
  • Générer ainsi une inspiration nasale

16. Vérification de la respiration unilatérale

  • De la même façon, réaliser une fermeture délicate de la bouche
  • Fermer la narine droite à l’aide de l’index. Puis répéter le geste pour la narine gauche
  1.  
    1.  

Éducation Thérapeutique

Il est primordial de permettre aux parents de maitriser le geste – bien toléré et efficace – par l’éducation thérapeutique. Cela implique d’accompagner le geste, de guider les parents, et non pas seulement de démontrer.

Validation de la méthode

Cette méthodologie de lavage nasal a fait l’objet d’une publication (soumise, en cours de validation), par des Kinésithérapeutes et ORL.

Conclusion

Le nez est un organe incontournable.

Il doit être considéré comme un problème de santé publique.

Le lavage nasal n’est pas une option.

Les recommandations internationales sont en faveur du lavage nasal.

Bibliographie

  1. Harvey R, Hannan SA, Badia L, Scadding G. Nasal saline irrigations for the symptoms of chronic rhinosinusitis. Cochrane Database Syst Rev. 18 juill 2007;(3):CD006394.
  2. Desrosiers M, Evans GA, Keith PK, Wright ED, Kaplan A, Bouchard J, et al. Canadian clinical practice guidelines for acute and chronic rhinosinusitis. Allergy Asthma Clin Immunol Off J Can Soc Allergy Clin Immunol. 10 févr 2011;7(1):2.
  3. Fokkens WJ, Lund VJ, Mullol J, Bachert C, Alobid I, Baroody F, et al. EPOS 2012: European position paper on rhinosinusitis and nasal polyps 2012. A summary for otorhinolaryngologists. Rhinology. mars 2012;50(1):1‑12.
  4. SFORL, Chassany DO, Contencin DP, Klossek PJ-M, Peynegre PR, Serrano PE, et al. Les Thérapeutiques périopératoires en chirurgie endonasale. Recomm Pour Prat Clin. 2001;11.
  5. van der Molen T, Østrem A, Stallberg B, Østergaard MS, Singh RB. International Primary Care Respiratory Group (IPCRG) Guidelines: management of asthma. Prim Care Respir J J Gen Pract Airw Group. févr 2006;15(1):35‑47.
  6. Rosenfeld RM, Andes D, Bhattacharyya N, Cheung D, Eisenberg S, Ganiats TG, et al. Clinical practice guideline: adult sinusitis. Otolaryngol–Head Neck Surg Off J Am Acad Otolaryngol-Head Neck Surg. sept 2007;137(3 Suppl):S1-31.
  7. Scadding GK, Durham SR, Mirakian R, Jones NS, Leech SC, Farooque S, et al. BSACI guidelines for the management of allergic and non-allergic rhinitis. Clin Exp Allergy J Br Soc Allergy Clin Immunol. janv 2008;38(1):19‑42.
  8. Roberts G, Xatzipsalti M, Borrego LM, Custovic A, Halken S, Hellings PW, et al. Paediatric rhinitis: position paper of the European Academy of Allergy and Clinical Immunology. Allergy. sept 2013;68(9):1102‑16.
  9. SFORL. Prise en charge des rhinitis chroniques. Recomm Pour Prat Clin [Internet]. 2005 [cité 17 avr 2020]; Disponible sur: https://www.orlfrance.org/wp-content/uploads/2017/06/RPC5_rhinites_long.pdf
  10. Rosenfeld RM, Piccirillo JF, Chandrasekhar SS, Brook I, Ashok Kumar K, Kramper M, et al. Clinical practice guideline (update): adult sinusitis. Otolaryngol–Head Neck Surg Off J Am Acad Otolaryngol-Head Neck Surg. avr 2015;152(2 Suppl):S1‑39.
  11. Franco LP, Camargos PAM, Becker HMG, Guimarães RES. Nasal endoscopic evaluation of children and adolescents with cystic fibrosis. Braz J Otorhinolaryngol. déc 2009;75(6):806‑13.
  12. Daniel SJ. The upper airway: congenital malformations. Paediatr Respir Rev. 2006;7 Suppl 1:S260-263.
  13. Cimmino M, Cavaliere M, Nardone M, Plantulli A, Orefice A, Esposito V, et al. Clinical characteristics and genotype analysis of patients with cystic fibrosis and nasal polyposis1. Clin Otolaryngol Allied Sci. 2003;28(2):125‑32.
  14. Rosbe KW, Jones DT, Rahbar R, Lahiri T, Auerbach AD. Endoscopic sinus surgery in cystic fibrosis: do patients benefit from surgery? Int J Pediatr Otorhinolaryngol. 1 nov 2001;61(2):113‑9.
  15. Weber A, Kiefer J, Peters S, Schneider M, Bargon J, May A. Eosinophilic cationic protein as a marker of nasal inflammation in patients with cystic fibrosis. The Laryngoscope. oct 1999;109(10):1696‑702.
  16. Batsakis JG, El-Naggar AK, Luna MA. Thyroid gland ectopias. Ann Otol Rhinol Laryngol. déc 1996;105(12):996‑1000.
  17. Roithmann R, Shankar L, Hawke M, Chapnik J, Kassel E, Noyek A. Diagnostic imaging of fungal sinusitis: eleven new cases and literature review. Rhinology. juin 1995;33(2):104‑10.
  18. Davidson TM. Resident complication rates. The Laryngoscope. sept 1995;105(9 Pt 1):1018‑9.
  19. Umetsu DT. Sinus disease in patients with severe cystic fibrosis: relation to pulmonary exacerbation – The Lancet. The Lancet [Internet]. 1990 [cité 13 avr 2020]; Disponible sur: https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PII0140-6736(90)92642-U/fulltext
  20. Casati M, Picca M, Marinello R, Quartarone G. Safety of use, efficacy and degree of parental satisfaction with the nasal aspirator Narhinel in the treatment of nasal congestion in babies. Minerva Pediatr. août 2007;59(4):315‑25.
  21. Montanari G, Ceschin F, Masotti S, Bravi F, Chinea B, Quartarone G. Observational study on the performance of the Narhinel method (nasal aspirator and physiological saline solution) versus physiological saline solution in the prevention of recurrences of viral rhinitis and associated complications of the upper respiratory tract infections (URTI), with a special focus on acute rhinosinusitis and acute otitis of the middle ear. Minerva Pediatr. févr 2010;62(1):9‑16, 17‑21.
  22. Schreiber S, Ronfani L, Ghirardo S, Minen F, Taddio A, Jaber M, et al. Nasal irrigation with saline solution significantly improves oxygen saturation in infants with bronchiolitis. Acta Paediatr. 2016;105(3):292‑6.
  23. Hermelingmeier KE, Weber RK, Hellmich M, Heubach CP, Mösges R. Nasal irrigation as an adjunctive treatment in allergic rhinitis: a systematic review and meta-analysis. Am J Rhinol Allergy. oct 2012;26(5):e119-125.
  24. Wang Y-H, Yang C-P, Ku M-S, Sun H-L, Lue K-H. Efficacy of nasal irrigation in the treatment of acute sinusitis in children. Int J Pediatr Otorhinolaryngol. déc 2009;73(12):1696‑701.
  25. Wang Y-H, Ku M-S, Sun H-L, Lue K-H. Efficacy of nasal irrigation in the treatment of acute sinusitis in atopic children. J Microbiol Immunol Infect Wei Mian Yu Gan Ran Za Zhi. févr 2014;47(1):63‑9.
  26. Jeffe JS, Bhushan B, Schroeder JW. Nasal saline irrigation in children: A study of compliance and tolerance. Int J Pediatr Otorhinolaryngol. 1 mars 2012;76(3):409‑13.
  27. Tano L, Tano K. A daily nasal spray with saline prevents symptoms of rhinitis. Acta Otolaryngol (Stockh). nov 2004;124(9):1059‑62.
  28. Rabago D, Zgierska A, Mundt M, Barrett B, Bobula J, Maberry R. Efficacy of daily hypertonic saline nasal irrigation among patients with sinusitis: a randomized controlled trial. J Fam Pract. déc 2002;51(12):1049‑55.
  29. Shoseyov D, Bibi H, Shai P, Shoseyov N, Shazberg G, Hurvitz H. Treatment with hypertonic saline versus normal saline nasal wash of pediatric chronic sinusitis. J Allergy Clin Immunol. mai 1998;101(5):602‑5.
  30. Hong SD, Kim JH, Kim HY, Jang M-S, Dhong H-J, Chung S-K. Compliance and efficacy of saline irrigation in pediatric chronic rhinosinusitis. Auris Nasus Larynx. févr 2014;41(1):46‑9.
  31. Bachmann G, Hommel G, Michel O. Effect of irrigation of the nose with isotonic salt solution on adult patients with chronic paranasal sinus disease. Eur Arch Oto-Rhino-Laryngol Off J Eur Fed Oto-Rhino-Laryngol Soc EUFOS Affil Ger Soc Oto-Rhino-Laryngol – Head Neck Surg. déc 2000;257(10):537‑41.
  32. Wei CC, Adappa ND, Cohen NA. Use of topical nasal therapies in the management of Chronic rhinosinusitis. The Laryngoscope. 2013;123(10):2347‑59.
  33. Friedman M, Hamilton C, Samuelson CG, Maley A, Wilson MN, Venkatesan TK, et al. Dead Sea salt irrigations vs saline irrigations with nasal steroids for symptomatic treatment of chronic rhinosinusitis: a randomized, prospective double-blind study. Int Forum Allergy Rhinol. juin 2012;2(3):252‑7.
  34. Bonnomet A, Luczka E, Coraux C, de Gabory L. Non-diluted seawater enhances nasal ciliary beat frequency and wound repair speed compared to diluted seawater and normal saline. Int Forum Allergy Rhinol. 2016;6(10):1062‑8.
  35. Benedetto GD, Magnus CJ, Gray PT, Mehta A. Calcium regulation of ciliary beat frequency in human respiratory epithelium in vitro. J Physiol. 1991;439(1):103‑13.
  36. Schmid A, Salathe M. Ciliary beat co-ordination by calcium. Biol Cell. 2011;103(4):159‑69.
  37. Trinh NTN, Privé A, Maillé E, Noël J, Brochiero E. EGF and K+ channel activity control normal and cystic fibrosis bronchial epithelia repair. Am J Physiol Lung Cell Mol Physiol. nov 2008;295(5):L866-880.
  38. Ludwig P, Petrich K, Schewe T, Diezel W. Inhibition of eicosanoid formation in human polymorphonuclear leukocytes by high concentrations of magnesium ions. Biol Chem Hoppe Seyler. déc 1995;376(12):739‑44.
  39. Larbi KY, Gomperts BD. Complex pattern of inhibition by Mg2+ of exocytosis from permeabilised eosinophils. Cell Calcium. mars 1997;21(3):213‑9.
  40. Tesfaigzi Y. Roles of Apoptosis in Airway Epithelia. Am J Respir Cell Mol Biol. mai 2006;34(5):537‑47.
  41. Chen EYT, Yang N, Quinton PM, Chin W-C. A new role for bicarbonate in mucus formation. Am J Physiol – Lung Cell Mol Physiol. oct 2010;299(4):L542‑9.
  42. Ma W, Korngreen A, Uzlaner N, Priel Z, Silberberg SD. Extracellular sodium regulates airway ciliary motility by inhibiting a P2X receptor. Nature. 26 août 1999;400(6747):894‑7.
  43. de Gabory L, Kérimian M, Baux Y, Boisson N, Bordenave L. Computational fluid dynamics simulation to compare large volume irrigation and continuous spraying during nasal irrigation. Int Forum Allergy Rhinol. 2020;10(1):41‑8.

L’Association des Kinésithérapeutes Pédiatriques du Territoire Normand

Voulez-vous être informé.e de nos actualités ?

* Champs obligatoires

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *